Archives Nice Côte d’Azur, photographie de plateau (Raymond Voinquel). Retirage moderne

Avec Martine Carol et Lola Montès à la villa « Les Palmiers »

Palais de marbre

Du 15/06/2019 au 30/09/2019

Vernissage le 19 juin 2019 à 15h00

· Entrée libre ·

Légende de la photo : Archives Nice Côte d’Azur, photographie de plateau (Raymond Voinquel). Retirage moderne.

Commissariat : Marion Duvigneau, conservateur en chef du patrimoine

Dans le cadre de Nice 2019. L’Odyssée du Cinéma, et en résonance avec l’exposition Cinémapolis du musée Masséna, l’exposition se propose d’évoquer, dans les murs même qui ont accueilli Martine Carol, Max Ophüls et Claude Pinoteau pour le tournage du film Lola Montès à Nice en avril 1955.

A partir des collections municipales (Service d’Archives Nice Côte d’Azur et Bibliothèque municipale à vocation régionale) et de prêts exceptionnels de la Cinémathèque française, l’exposition fait dialoguer les intérieurs et extérieurs de la villa « Les Palmiers » avec des photographies de tournage et d’exploitation, les tapuscrits et cahiers des réalisateurs, les costumes portées par l’actrice principale, des affiches et extraits de films.

Parcours de l’exposition

Martine Carol, blonde sulfureuse
Dès le hall d’entrée, transformé en accueil de cinéma, le visiteur découvre l’œuvre du romancier Cecil Saint-Laurent et la carrière cinématographique de Martine Carol au travers de livres et affiches de films.

Un tournage à la villa Les Palmiers
Le parcours se poursuit dans un espace dédié à la mise en valeur de costumes portés par Martine Carol sur le tournage, issus des collections de la Cinémathèque française. Y sont présentés également des cahiers de tournages et dessins originaux ainsi que des photographies de plateau et des extraits de film.

Lola Montès dans les salles obscures
Il est ensuite évoqué l’accueil reçu par le film dans les salles au travers d’affiches, revues cinématographiques, photographies de promotion, programmes de cinéma et extraits de film.

Le Nice de Martine Carol
La fin du parcours est dédiée au Nice des années 1954-1956 au travers de photographies d’époque et des collections de presse issues des fonds d’archives municipales.

Scénographe et conception graphique

Maddalena Giovannini architecte DIUAV, designer, scénographe
Caroline Germain, C’Graphik

Les prêteurs

Outre les documents d’archives issues du fond des Archives Nice Côtes d’Azur, l’exposition bénéfice de prêts de documents originaux de :

et du soutien de Les Films de la Pléiade – Les Films du Jeudi pour les extraits du film diffusés en salle dans la version restaurée de 2008.

Le film

Tout savoir sur le tournage du film et l’affaire Lola Montès dans le dossier spécial de la Cinémathèque française : entretiens avec Claude Pinoteau, Peter Ustinov, exposition virtuelle…

 

La villa Les Palmiers

La villa « Les Palmiers », aujourd’hui inscrite au titre des monuments historiques et siège des Archives de la Ville de Nice depuis 1963, a été, dans les années 1950, louée par son propriétaire, le jeune Édouard Santiago Soulas, pour accueillir, en décor naturel, des scènes de films tournés non loin de là, aux mythiques studios de la Victorine : Lola Montès, Cela s’appelle l’aurore, L’Énigmatique Monsieur D. (Foreign Intrigue), etc.

Construite entre 1872 et 1878 dans un style néo-palladien par l’architecte niçois Sébastien-Marcel Biasini (1841-1913) pour le compte du riche marchand d’art britannique Ernest Gambart (1814-1902), sa décoration intérieure et ses jardins dessinés dans l’entre-deux-guerres par le paysagiste Octave Godard, élève d’Édouard André, relèvent du goût pour le néo-Louis XV rococo de son avant-dernier propriétaire, Édouard Soulas (1863-1943), tandis que sa façade de marbre de Carrare, plein sud, tournée vers la mer, en fait la plus belle villa d’apparat conservée, témoin de la villégiature britannique à Nice au XIXe siècle.

Cédée à la Ville à l’occasion du lotissement du domaine par un complexe résidentiel en 1956-1958, la villa abrite les fonds d’archives les plus anciens (depuis 1176), accueille les lecteurs du service des Archives et, depuis 2014, offre au grand public, Niçois et touristes, l’occasion de découvrir ses espaces intérieurs d’apparat (marbres, boiseries), au travers d’une politique de petites expositions historiques et patrimoniales.

En savoir plus sur la villa des Palmiers

Plus d'informations :

  1. Le petit journal de l'expo (pdf - 2,34 MB)

· Infos pratiques ·

Horaires de visite

Du lundi au vendredi : 8 h 30 – 18 h sauf le jeudi 15 et le vendredi 16 août

Autour de l’exposition

Visites commentées

samedis 29 juin, 20 juillet et 10 août à 15 h
(ou visite libre de 14 h à 18 h)

Projections du film à la Cinémathèque de Nice

samedi 29 juin à 20 h et le mardi 2 juillet à 18 h
Version restaurée de 2008
Renseignements et tarifs : Cinémathèque de Nice
Acropolis, 3 Esplanade Kennedy, 06300 Nice
04 92 04 06 66 ou cinematheque@ville-nice.fr
www.cinematheque-nice.com

Ouverture exceptionnelle et animations

21 et 22 septembre de 10 h à 18 h dans le cadre des Journées européennes du patrimoine
28 et 29 septembre de 14 h à 18 h à l’occasion des journées « L’Envers du décor. Portes ouvertes aux studios de la Victorine »

Palais de marbre

9, avenue de Fabron 06200 NICE