1908 : Idéal-cinéma

L’Odyssée du cinéma – Nice Cinémapolis

Vous pouvez en ce moment découvrir des pièces prêtées par le service des Archives de Nice Côte d’Azur dans les expositions à voir dans le cadre de Nice 2019 : l’Odyssée du Cinéma. La Victorine à 100 ans.

Voir l'expo

Musée Masséna
65 rue de France / 35 Promenade des Anglais
06000 NICE
Tél : +33(0)4 93 91 19 10
Plus d’info : https://cinema2019.nice.fr

Quand et Qui ?

Dates : 17 mai-30 septembre 2019
Commissariat : Jean-Jacques Aillagon, assisté d’Aymeric Jeudy
Scénographie & conception graphique : Kristof Everart & Marcel Bataillard
Production : Jean-Pierre Barbero

Nice, Cinémapolis – Visuel : Louis Feuillade, Tih Minh, 1918, affiche d’Emilio Vilà
Paris, Coll. La Cinémathèque française
Tih Minh, un film de Louis Feuillade, production 1918 © Gaumont
Affiche d’Emilio Vilà © DR, coll. Cinémathèque française

À travers une fresque historique richement documentée qui s’étend de 1896 à 2019, l’exposition évoque la relation intime qui lie Nice au cinéma, de son invention par les frères Lumière à aujourd’hui. Des œuvres prêtées par de nombreuses institutions, et plus particulièrement La Cinémathèque française, témoignent de l’intense activité cinématographique de Nice et du rôle fondamental que la ville a joué dans le développement du Septième art, tout au long du XXe siècle.

L’itinéraire de l’exposition évoque les prémices du cinéma, son apparition dans les premiers lieux de divertissement, l’installation des premiers studios parmi lesquels celui de la Victorine, dont le centième anniversaire est célébré en 2019, le destin des salles de cinéma mais aussi les inventeurs, créateurs, réalisateurs, producteurs et acteurs qui ont travaillé à Nice.

L’exposition fait dialoguer des œuvres diverses : extraits de films, affiches, photographies de tournage, manuscrits etc., conduisant ainsi le visiteur à découvrir, grâce à une approche transversale de l’histoire niçoise du cinéma, l’histoire d’une ville qu’on surnomma l’« Hollywood européen ».

Trois documents issus des fonds du service des Archives Nice Côte d’Azur sont présents dans cette fresque et de nombreuses photographies d’archives illustrent le catalogue.

A voir dans l’exposition du musée Masséna

1908 : Idéal-cinéma

L’Idéal-cinéma, construction éclectique typique de la Belle-Époque, prend place dans le triangle du jardin de la maison Cotta avec un projet d’H. Durante réunissant salles de cinéma et boutiques. L’entrée du cinéma est rejetée sur la petite rue Longchamp perpendiculaire, afin de ne pas sacrifier le moindre mètre de vitrines de commerces devant s’étendre sur la rue Cotta, commerçante et luxueuse, dans un quartier bourgeois où le cinéma est sans doute encore considéré comme un divertissement (trop) populaire.

Service des Archives Nice Côte d’Azur, 2 T 220/954

Service des Archives Nice Côte d’Azur, 2 T 513/82 n° 1

Les studios Gaumont (Ferber)

Les studios Gaumont, implantés route de Sainte-Augustin à Carras, en contrebas de la Victorine, sont très mal connus. Leur emprise apparaît sur ce plan du lotissement « Parc-Ferber » de 1928.
Après Charles Pathé (1853-1957) – sur la route de Turin, à l’est de Nice –, c’est son rival Léon Gaumont (1864-1929) qui décide de planter ses caméras sur les rives de la Baie des Anges en ouvrant à l’ouest de Nice un grand studio dont la direction est confiée à Louis Feuillade (1873-1925), le père de Fantomas.

1932 : le cinéma Forum sur la Promenade des Anglais

En pleine période Art-Déco, c’est l’architecte Georges Dikansky (1881-1963) qui édifie pour la société immobilière du Liechtenstein l’immeuble Forum à l’angle de la promenade des Anglais et du boulevard Gambetta. Actuellement, une boîte de nuit occupe les locaux de l’ancien cinéma.

Service des Archives Nice Côte d’Azur, 2 T 668/111 n° 7

Service des Archives Nice Côte d’Azur, fonds du service photographique de la Ville
Tirage à voir dans l’exposition du musée Masséna

1976 : Inauguration de la cinémathèque de Nice

En 1976, Henri Langlois, directeur de la Cinémathèque française, confie à la jeune Odile Chapel la création à Nice d’une délégation permanente de la Cinémathèque française. Elle s’installe au sein du théâtre du Vieux-Nice (actuel théâtre Francis Gag).

Pour aller plus loin